Huahine, la journée foireuse!

Bonjour,

Après notre journée à faire le tour de l’ile de Huahine, nous avons décidé de marcher un peu pour aller sur un motu et une belle plage (recommandée par le Guide Geo). Pour retrouver les articles précédents, c’est ici :

Nous partons donc vers 9h30 de l’hotel, après avoir rejoint le port en bateau, nous faisons une halte au Super U pour acheter à manger pour midi (WOOOOW du vrai jambon!!! Spéciale dédicace aux expats US qui galèrent à trouver autre chose que du jambon carré à l’eau).

Notre but du jour est d’aller au motu (mini ile) qui est au Nord de Huahine, il est relié par un pont à la grosse ile. Il y a 7km en tout. Admettons qu’on fasse du 4-5 km/h, a priori on arrive là bas en moins de 2h. On mange sur la plage, on se baigne, et on revient tranquillou dans l’aprem pour reprendre notre bateau.

Même Ryan Gosling se marre de notre plan

On est donc parti avec notre pique nique dans le sac. Le ciel est un peu couvert, ça évitera d’avoir trop chaud.

On croise la poste, aucun risque de la rater vu les couleurs :

huahine la poste

Premier truc foireux… ya pas de chemin, tout le long c’est une route (sans trottoir ni bas coté), bref super agréable. Heureusement qu’il n’y a pas beaucoup de voitures.

Au bout d’une heure, on commence à avoir vraiment chaud (meme avec les nuages), première pause eau fraiche tiédasse. En l’espace d’une minute, on se fait dévorer par les moustiques (malgré le répulsif). OK donc faut pas s’arrêter si on veut pas se faire manger.

2h après, on arrive tout juste à Maeva, le petit village juste avant le pont du motu. On commence à en avoir ras le bol, il fait chaud, on se fait bouffer par les moustiques et la route est super moche.

Accessoirement il est sensé exister des bus publiques qui font le tour de l’ile, on en a vu un seul, en partant du port et il allait pas dans le bon sens. C’était dimanche c’est peut être ça le souci…

Voici la vue depuis le pont. Ce sont des parcs à poissons avec leurs pièges à poissons traditionnels.

huahine maeva

On arrive ENFIN au bout du chemin vers lequel est sensé avoir la super plage (2h30 apres)… Un panneau nous dit « propriété privée interdiction de passer ». Comment dire??? On avait les méga boules? On a les pieds en vrac, on a chaud, on en a ras le bol…

On voit après quelques secondes de déprime intense un panneau indiquant « plage » avec une flèche. On le suit… et on arrive à la vraie plage. Il s’avère en fait que c’est l’ancienne plage d’un hotel de luxe qui a fermé, d’où les multiples panneaux de non passage.

Bon… la plage en elle-même est plutot bof bof, pas très grande, ya des chies errants partout (comme dans toutes les iles) qui viennent nous tourner autour pendant qu’on mange.

Mais l’eau a quand même une superbe couleur :

huahine motu plage

huahine motu plage

Autre bémol, il y avait BEAUCOUP BEAUCOUP de courants!

Bref, apres notre pique nique et une baignade rapide (à cause des courants) on se dit qu’on va pas trainer, s’il nous faut encore 2h30 pour rentrer, il ne faudrait pas rater le dernier bateau (16h) qui rentre à l’hotel.

C’est à ce moment, qu’on envisage très sérieusement l’option Auto-stop. Arrivés sur la « grande route » (en revenant sur l’ile principale quoi). On se met en mode « auto stop ». On essaye une première fois avec la première voiture, elle ne s’arrête pas… bon ok ils étaient déjà 4 ou 5 dedans. On retente avec une seconde voiture, le mec s’arrête! Il est tout seul dans son gros pickup et nous dit qu’il va aussi à Fare donc il peut nous poser au port 🙂

YEAAAAAAAAAAAAAAAAAH!

On discute pendant le trajet (25 min quand même) avec le gars, il est bien sympa. Il nous explique qu’il bosse à la mairie de Fare et que les jobs sur l’ile ne courent pas les rues, il nous dit aussi qu’il bossait avant dans l’hôtel où on est. Il fait même un détour pour nous déposer pile là où le bateau est sensé nous prendre.
MERCI monsieur!

On attend 45min au port (ben oui du coup on est en avance pour le bateau de 15h30!) et on voit à 15h le bateau arriver. On monte, on démarre, il y a aussi 1 couple d’allemands et 1 couple d’australiens avec nous.

Au bout de 5min de bateau……….. KOF KOF KOF KOF….. plus rien… le bateau s’arrête.

Le capitaine commence à chercher l’origine de la panne, il ouvre son capot à moteur, il regarde, sort son téléphone et appelle quelqu’un.

Il a du dire 4 mots dans la conversation (alors que c’est lui qui appelle), 3 en polynésiens et le dernier « Urgent ».

Voila voila, on est donc officiellement en rade au milieu du lagon (et dans une partie profonde et réservée aux bateaux – donc pas de baignade – sinon c’est pas drole). Il nous explique qu’il pense que c’est une panne d’essence mais qu’il savait pas. Il nous montre la jauge d’essence qui indique 1/2 plein… ah oui forcément si la jauge déconne, ça aide pas!

30min apres le coup de fil, toujours pas de pote à l’horizon (il vient de l’hotel, il faut 10-15min environ). Il rappelle, redit 3 mots et raccroche.

1h après (et 2-3 autres coups de fils – il fait sa sieste le pote?), on croit voir poindre un bateau… Mais oui que vois-je! Le bateau « de fret » de l’hotel (celui qu’ils utilisent pour récupérer la bouffe et tout puisque l’hotel n’est pas accessible par la route).

Tadam, notre sauveur (qui a du finir sa sieste entre temps) et le capitaine debout qui l’attend :

huahine bateau

On s’amarre :huahine bateau

Et ils commencent à trafiquer. Il rajoute d’abord de l’essence dans le bazar, redémarre ;e moteur KOF KOF KOF PLOC. Rien. Donc en fait c’est pas un manque d’essence… chouette!
Ils ouvrent le capot du moteur, trafiquent avec des outils dedans… pendant environ 15min. Toujours rien…huahine bateau

Bon ben finalement, le capitaine à l’idée de génie de nous faire monter sur le bateau du pote pour revenir à l’hotel et lui finit de réparer son bateau. J’étais très contente de rebouger à nouveau, la houle quand on est arrêtés en mer c’est quand même pas génial!

On finit le trajet assis sur des palettes sur le « bateau fret » !huahine bateau

Bref voila une journée bien foireuse de bout en bout!

Il nous expliquera le lendemain (on prenait le bateau pour aller prendre l’avion, donc je voulais juste savoir si on avait une chance de retomber en panne et re-attendre 1h!) qu’il avait mis du fuel pourri la fois d’avant et que des dépots avaient bouchés les tuyaux. Donc c’était bien une histoire de mazut et la jauge n’était pas folle!

A suivre…. notre dernière ile.. et pas la moindre : Bora-Bora!

A+

Karine

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Vous aimez? Partagez!Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

9 commentaires sur “Huahine, la journée foireuse!

  1. Rhoooo ! Et à bora-Bora ??? J’ai hâte de voir ce que ça a donné (j’avoue avoir un sourire sadique sur le visage) !

    Nan mais franchement, quelles vacances… Je ne suis pas sûre que vous répondriez « oui, sans problème » si on vous demande « est-ce que vous voulez y retourner ? »

    Vous ne seriez pas un peu poisseux tous les deux ? Hein ?

    • Bientot bientot pour Bora 🙂

      Non non c’etait vraiment top, nous on y retournera pas (par que c’est quand meme super loin et qu’on a deja fait) mais c’etait top!
      C’est juste nous qui avons des idées foireuses 🙂

  2. Les journées foireuses commencent souvent mal et se terminent mal et on ne peut pas prévoir … sinon on reste au lit ! Bref j’espère que la suite s’est bien passée !

  3. Que d’aventures ! mais ça fait des choses à raconter 🙂

    • Oui voila, maintenant ça nous fait marrer (sur le coup un chouilla moins)!

  4. Christine

    Je suis morte de rire! Comme quoi il ne faut pas se fier aveuglément a ce que racontent les guides de vacances.

  5. Ok la journée a été bien galère mais vous avez eu du jambon! On se console comme on peut 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>