Mes projets volatiles…

Bonjour à tous!

 

Aujourd’hui je voudrais parler d’un phénomène extrêmement fréquent et incompréhensible chez moi : la volatilité de mes projets.

Je m’explique. Il arrive très régulièrement, je dirai entre 2 et 5 fois par an, d’avoir une idée de projet ou nouveauté qui me vient en tête.
Cela peut être dans n’importe quel domaine. Par exemple, dans les plus récents on compte : le scrap, le tricot, la photographie, l’ouverture d’un blog de dietétique, de pâtisserie, l’écriture d’un livre (diététique ou cuisine), l’installation à mon compte (en diet), un site internet complet… Et j’en oublie probablement…

Comment ça se passe pour ces projets que j’appelle volatiles.

Au début vient l’idée, petite idée, je me dis « tiens ça pourrait être sympa/marrant/intéressant ». Je réfléchis un peu à ma petite idée, pourquoi ça m’intéresse, qu’est ce que je trouve de bien là dedans, sous quelle forme, les avantages et inconvénients.

idée projets

Puis, je commence à y penser sérieusement. Je commence alors à chercher si cela a déjà été fait, si ça semble faisable (au niveau du temps, du financier, de l’engagement), les idées que je pourrais développer là dedans, l’organisation du projet, le timing et même le design ou la forme pour les sites et blogs. Généralement cette phase dure entre 1 semaine et des mois suivant les projets et leur volatilité. Cela occupe 70% de mes pensées et de mes questionnements, j’essaye de tâter le terrain autour de moi… Bref ça avance et ça prend forme.

Certains projets meurent à ce stade, je les abandonne. D’autres passent au stade suivant.

L’étape après est la mise en place de ce projet :

  • Si c’est pour un site ou blog, je trouve le nom, commence a créer le site, établit les catégories/idées, commence à écrire des articles…
  • Pour ce qui est manuel, je me renseigne sur le matériel, je cherche quelques tutoriels, vidéos ou cours et je tente quelques trucs. En tricot, j’ai donc acheté une pelote de laine, des aiguilles et trouvé un tuto qui me plaisait. En scrap, j’ai acheté du matos, ouvert un blog, me suis inscrite à des forums… En photographie, j’ai pris une formation par internet, commencé à lire des magazines et sites sur le sujet…
  • Pour le reste, type installation à mon compte, je commence a faire des dossiers et des fichiers, je prévois ce que j’ai à faire…

Ces stades sont plus ou moins longs là aussi. Prenons quelques exemples :

  • Le scrap est peut être l’exception là dedans, j’en ai fait pendant 6 ans. Donc on peut dire que c’est un projet volatile (parce que j’ai quasiment arrêté à l’heure actuelle) mais pas trop non plus. Celui ci peut plus s’apparenter à une passion qui a fait son temps.
  • Pour la photo, je fais toujours des photos, j’essaye toujours de faire du mieux que je peux mais j’ai laissé tomber (parfois en plein milieu) des projets photos qui me plaisaient ou des magazines entamés ou des informations que je commençais à accumuler. Je ne me renseigne plus trop pour réellement avancer.
  • Pour le tricot, j’ai fait un truc (une écharpe en rond, un snood je crois qu’on dit), j’ai mis 1 an à finir ça (en me forçant sur la fin), ça m’a gavé j’ai arrêté. J’avais d’ailleurs fait un truc similaire avec la couture. Pour ces deux trucs là, mon imaginaire était pourtant aller assez loin dans ce que je voulais en faire!
  • Le blog de diététique a vu le jour en Octobre 2014, je l’ai tenu pendant 4 mois, le dernier article date de Janvier 2015. J’ai pourtant sous le coude des tonnes de sujets à abordé, des idées de catégories qui me plaisent bien, une vraie passion pour ce sujet…
  • Le blog de pâtisserie a tenu environ 8-9 mois je crois. Pareil que le blog de diet j’avais plein d’idées, des recettes que je voulais tester, j’ai acheté des bouquins pour m’améliorer en technique…
  • Les livres ont tenus bon dans ma tête pendant 6 mois je pense, j’avais dit que je le ferai quand je serai aux USA, je n’ai même pas écrit un paragraphe… Pourtant pareil j’avais une idée précise de ce que je voulais faire, plusieurs personnes de mon entourage trouvaient que l’idée était bonne.
  • L’installation à mon compte en tant que diet (qui allait de paire à la base avec le blog) a tenu 2 ans dans ma tête (le temps de mon BTS diététique quoi). J’avais prévu de tout préparer les fichiers, les services, les tarifs, l’administration pendant notre séjour aux USA pour être prête à notre retour et ouvrir directement. Je n’ai jamais fait un seul fichier.
  • Je voulais aussi faire des cours de cuisine/pâtisserie aux USA, j’ai créé le site, fais une micro-étude de marché et je ne l’ai jamais concrétisé plus que ça.

Pourquoi j’abandonne toujours mes projets en cours de route?

C’est une très bonne question que je me pose beaucoup (et Nico aussi, parce que je sais que ça l’énerve que je fasse ça, que je n’aille pas au bout ou en tout cas plus loin). Cette question vient à moi aujourd’hui parce que…. un nouveau projet vient de germer dans ma tête….

Voici 3 raisons qui, je pense, me poussent à arrêter :

  • Le manque de temps : Je réalise au bout de mes recherches que ce projet prendrait un temps de malade par rapport à ce dont je dispose. C’est pas la raison qui me vient le plus souvent à l’esprit pour les projets nommés ci-dessus.
  • Le manque de confiance : Raison number 1 je pense. Souvent, après ces mises en place et recherche, je me dis « j’y arriverai jamais », « certains l’ont fait mieux que moi », « je n’ai pas cette connaissance pour le faire ». A tord ou à raison, certains projets sont peut être trop ambitieux, d’autres c’est juste moi qui me fait pas confiance.
  • L’imposture : Raison number 1 ex-aequo, c’est le syndrome de l’imposteur. Je ne sais pas si vous connaissez. Globalement, j’estime que je ne suis pas à ma place, pas assez formée, pas assez pro pour faire cela (surtout pour les projets pros, pour ce qui est manuel cela ne rentre pas en compte) et que je suis une « impostrice » (imposteure? imposteuse?) pour proposer ça. Typiquement pour les cours de cuisine/blog de pâtisserie, je ne suis pas pâtissière, je ný connais pas grand chose, je vais passer pour une gourde, les vrais pros vont me souffler dans les bronches. C’est ça aussi avec la diet. Je ne suis pas diet à la base (reconversion pro), certains s’y connaissent bien mieux que moi, je n’ai pas expérience….
    D’ailleurs dans l’article cité, je répond à presque tous les critères pour savoir si on est dans ce syndrome ou pas : renier le succès (c’est pas moi c’est de la chance, les autres, le travail…), douter des compétences (je n’ai pas la formation pour, je ne suis pas pro là dedans, les autres font mieux), remettre à plus tard des décisions importantes (ces fameux projets qui avancent à pas de tortue), prendre la fuite (abandon total des projets), travail de façon excessive (ça je sais pas). Bref si le sujet vous intéresse dites-moi je peux en faire un article complet!

stop projets

Résultat des courses : j’abandonne tout! Pour certains projets c’est pas dramatique (tricot, scrap…). Pour d’autres, il est possible que ça m’empêche de me lancer dans ce que je veux vraiment faire, de me mettre des barrières toute seule, d’essayer. Mais j’ai toujours d’excellentes raisons, est ce qu’elles justifient à elles seules de tout abandonner? Je ne sais pas.
Exemple pour l’installation en diet : « je vais devoir bosser soirs et WE » (parce que les patients ben la plupart bossent la journée en semaine). Mais aussi « mon salaire sera plus que variable et probablement pas suffisant » (pas faux non plus, faut se créer une patientèle et en faire assez pour sortir un salaire décent).

Ces deux arguments ne sont pas faux, mais est ce qu’ils sont insurmontables? Est ce qu’on aurait pu trouver un équilibre avec ça? Est ce que j’aurai pu en vivre en vrai? Je ne sais pas.

Après j’ai aussi réussi à mener à bien certains projets : le BTS diététique par exemple ou le blog que vous avez là sous les yeux. Pourquoi ceux-ci ont été concrétisés complètement et pas les autres? Mystère!

Voila pour cet article un peu plus perso! Je sais pas pourquoi, j’avais envie d’en parler aujourd’hui alors que ça fait un bout de temps que je le pense, essayer d’analyser un peu ce problème. Vous connaissez ce genre de situation ou vous êtes plutôt du genre : je mene à bout tous mes projets? Que pensez vous de tout ça?

A+

Karine

Rendez-vous sur Hellocoton !
Vous aimez? Partagez!Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

6 commentaires sur “Mes projets volatiles…

  1. Christelle

    Je lis ton blog depuis quelques temps mais je crois n’avoir jamais commenté ^^
    Je me reconnais dans ce que dis, avec les projets dans les cartons à cause du syndrome de l’imposture et du manque de confiance en soi…. je ne compte pas le nombre d’idées non réalisées de mon côte. Ou même le joli bts en architecture d’intérieur qui ne me sert pas professionnellement car peu de débouchés et surtout aucune confiance en moi…. De ce côté, ce qui me débloque parfois, c’est de me retrouver au pied du mur. Exemple, j’ai tjrs créé/imaginé des choses mais que pour moi. Pour mon mariage l’année dernière, j’ai pas eu le choix :la deco, la papeterie, j’ai tout créé et ça a plu. Genre beaucoup plu. Ce qui m’a fait prendre conscience que c’était pte pas si moche que ça, qu’il n’y avait pte que moi qui voyait le point de colle sur tel truc ou le papier légèrement de travers. .. Du coup, depuis, j’ose un peu plus créer pour les autres des petits cadeaux, et idem, j’aide pour la deco d’autres événements lorsque l’on vient me chercher. Étant au chômage depuis 1 an, j’aurais aussi pu me « lancer » la dedans sauf que je ne me sens pas légitime et que j’ai déjà un mari en profession libérale, donc 2 salaires incertains, vu mon besoin de sécurité, je ne le sentais pas. J’ai fini par retrouver un poste de secrétaire, moins fun forcément, mais qui au final me convient et me permet d’allier ma créativité à côté à mon rythme (oui parce que comme tu le dis, bosser les WE et soirées, c’est pas tjrs le top… Là, avec mon « bénévolat créatif », je choisi ce que je fais, pour qui et quand. )
    Par contre, comme toi j’ai eu un blog que j’ai écris assidûment pendant quelques années. Parce que je ne me mettais pas la pression, parce que j’ai toujours adoré écrire et que je ne me suis pas prise la tête, que je sois lu ou pas, je m’en fichais, j’avais juste besoin d’écrire et de dire ce que je ressentais… Je n’avais vraiment rien à perdre ! J’ai arrêté, faute de temps, avec mon 1er boulot très prenant, mais ça me titille de reprendre desfois.
    Voilà, tout ça juste pour te dire que tu n’es pas la seule dans ce cas ;), et je te souhaite d’arriver à trouver le déclic pour te lancer dans de plus gros projets qui t épanouiront ! 🙂

    • Merci pour ton commentaire 🙂

      Ah on dirait que j’ai pareil mais avec un bts diététique 😀 En tout cas c’est top si tu peux prendre progressivement confiance en toi et tes créations par le retour de tes proches! C’est vrai que au moins tu profites de ta passion sans avoir les contraintes de salaires, de disponibilités…
      Pour ce blog, c’est pas pareil aussi, je le tiens de façon régulière, bon des fois avec des trous dans le temps mais ils ne sont pas si longs que ça souvent. Je n’ai effectivement aucune pression et aucun résultat attendu ici, surtout que je me permet de faire plein plein de catégories différentes sans avoir de « ligne éditoriale ».

  2. cecel1976

    Salut Karine,

    je me reconnais aussi dans ce que tu écris. De la même façon que toi, j’ai voulu me lancer dans la couture, la photo, … mais j’ai abandonné … faute de temps. Il faut avoir des projets en tête, cela permet d’avancer et de se connaitre soi-même alors continue d’avoir des projets (d’ailleurs bb, n’était-ce pas un projet ? bon, celui-ci, tu ne peux pas l’abandonner en cours de route 😉 ) et surtout partage-les avec nous.

    Bizzzz.

    • Bébé est effectivement un énorme projet, tout comme le mariage, mais pour ces deux là, pas de problemes! Aucun abandon et surtout aucune envie d’abandonner! 🙂
      Merci 🙂

  3. Stéphanie

    Karine,
    Comment je me reconnais trop dans ton article et c’est encore pire en version maman. J’ai toujours plein de projets dans la tête et j’abandonne après de longues réflexion car ce n’est pas compatible avec les enfants, le temps et l’énergie manque…
    J’en profite pour te féliciter pour ta grossesse et si à votre retour à Lyon vous avez besoin de quoique ce soit n’hésite pas. Entre maman, on peut s’aider et avec 3 enfants, je commence à m’y connaître sur la vie de parents à Lyon!

  4. Jessica

    Coucou,
    Merci pour cet article. Je me retrouve complètement dans ta description! Dans l’idée de ces derniers 6 mois, apres avoir fait une formation pour animer des ateliers ludiques d’éveil au développement perso pour les enfants, je viens de terminer une « formation » pour être home organizer… j’aimerai aussi aborder le domaine de l’esthétique et du conseil en image. C’est très frustrant de ne pas se « poser » et en même temps je me sens vivante au sein de mes « projets volatiles » à moi. Histoire de retrouver une unité, j’ai dans l’idée de me lancer dans un blog de multipotentialiste sur mes sujets de prédilection : le bonheur au quotidien, le développement personnel, l’organisation.
    Je vais poursuivre ma lecture de ton blog.
    Bons projets 😉
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>